Leblog
Les Poilus 1. Frisent le burn-out
Fluide Glacial  Les Poilus
48 pages | 10€95 | Guillaume Bouzard
17 février 2016 |
Code ISBN : 9782352075394
Nos poilus ne gagnent pas toutes les batailles contre les Boches, mais pour l'humour, ils sont vainqueurs toute catégorie !
1916-2016 : À l'occasion du centenaire de la bataille de Verdun, Guillaume Bouzard plonge au cœur des tranchées pour raconter les petites histoires fantasmées et drolatiques de ces poilus qui ont fait l'Histoire.
Confrontés au drame et à la boucherie de la grande guerre, ces hommes survivent et parviennent à nous faire rire en répondant à la violence des canons avec l'arme ultime : leur folie ordinaire. Généraux belliqueux et lâches, officiers acariâtres et dépassés par les évènements, soldats débrouillards et solidaires, tous ces poilus forment un monde délirant où tous les coups semblent permis. Certains jouent au rugby avec des grenades, d'autres creusent en pensant trouver le trésor des Templiers, bref, dans l'enfer de tranchées de Guillaume Bouzard, on sait aussi s'amuser...
Sous ses traits de crayon, les poilus apparaissent avec toute leur humanité, leur courage et leur faiblesse, leur sens du sacrifice et leurs petites lâchetés. Avant d'être des héros, ces soldats sont des hommes, tout simplement. Des hommes qui vont vivre 300 jours et 300 nuits au cœur des tranchées pour livrer la plus terrible des batailles. Mais des hommes qui doivent aussi faire avec un quotidien moins glorieux, peuplé de ragoût de rats et de diarrhées aigües qui peuvent miner le moral du plus flamboyant des lieutenants...
Avec une finesse et une drôlerie de tous les instants, Bouzard rend hommage à ces soldats aux jolies moustaches qui nous rappellent les personnages de Gus Bofa ou de Georges Grosz, l'humour en plus ! Les Poilus de Bouzard, s'ils frisent le burn-out, ont décidé que leur salut était dans le rire.
Un rire de résistance, un rire de la paix au milieu de la guerre qui trouve un écho, 100 ans plus tard, dans notre monde au bord du chaos. Un rire salutaire pour prouver que, même au cœur de l'enfer, le rire peut nous sauver car il sera toujours le propre de l'homme...