N°482 7 juillet 2016
» Édito | Images |
Fluide Glacial  Fluide Glacial organise vos vacances
Couv. : Mo/cdm | 84 pages | 4€90
7 juillet 2016
  Mo/cdm
Laissez-vous faire. Cet été, Fluide Glacial transpire pour vous
Ouais, c'est l'été les cocos !
Alors, vous pouvez aller vous conglomérer languissamment où vous voulez, MAIS : pas oublier la crème anti-mycoses-aphtes-hémorroïdes-amibiase-hangover-anguillulose-herpes-noyade-paludisme-onychomycoses-et tout ça.
Vous pouvez demander la liste complète à votre Fluide Glacial qui vous aime, tout en vous encourageant à acheter le journal tous les mois - car c'est bon pour ce que vous avez - et qui vous enverra un gros tube et pis aussi transmettra à votre centre de santé (sous conditions, bien-sûr. On en recause...)

Bonne lecture
Avec ce mois-ci dedans→ Aranega, Lindingre, Mo/cdm, Thiriet, Fioretto, Trapier, Moizie, Erre, Bouilhac, Raynal, Felder, Cizo, Salch, Pluttark, Bernstein, Haudiquet, Libon, Houssin, Bernstein, El Diablo, M.Le Chien, Elsa Barrère, Moog, Lehmann, Casoar, Pochep, Ostermann, Dutreix, Bletner, Pixel Vengeur, Fabcaro, Viktor Möbel, Lefred-Thouron, Texter, Daoudi, Zanello, Duveau, Pierre Place, Joseph Safieddine, Movida, Muzo, Witko, Sourdrille


Fluide Glacial Mensuel N°483
Fluide Glacial Mensuel N°481

l'Édito
Nous autres français sommes le peuple le plus spirituel du monde.
par Yan Lindingre
De race blanche, essentiellement celte et franque, élégant et courtois, le Français, quand il va au contact de peuples inférieurs, notamment durant les grandes vacances, doit parfois se grimer, s'enlaidir afin que ses bonnes manières et sa classe naturelle ne passent pas pour de la vanité, voire de la provocation, auprès des indigènes. S'il ne fait pas l'effort de s'avilir, le Français subjugue, éblouit, au risque de passer pour un dieu, ce qui ne fait pas forcément son bonheur. Car le Français est avant tout et plus que tout humble et modeste.
Comment passer inaperçu auprès des peuples arriérés ? Pour monsieur, il vous suffira de chausser un bob, de revêtir un gilet sans manches dit "de reporter", d'enfiler un panty Décathlon et de glisser vos délicats petits pieds dans des sandales de randonnée non sans les avoir parés de socquettes estampillées bleu-blanc-rouge (marque discrète de reconnaissance).
Pour madame : un long tee-shirt à franges "Costa Brava" et une paire de tongs feront l'affaire. Dans votre tenue de camouflage, vous êtes enfin prêt à aller barouder sur le pourtour méditerranéen. Lors de vos escapades, vous aurez à vous confronter tant à des peuplades autochtones (Espagnols, Italiens, Portugais) qu'à des envahisseurs (Belges, Allemands, Anglais…). Bien que vous soyez habilement grimé, certains devineront vos origines. Les Français ont du mal à trahir leur élégance. Empêchez les étrangers de vous causer mille misères. Pour ce faire, apprenez à les reconnaître afin de les éviter ou bien de les appréhender avec toute la méfiance qui s'impose.

Autochtones (liste non exhaustive) :

L'Italien. Il est vulgaire et bruyant, se vêt de parures tape-à-l'oeil. Il vous toise à travers ses lunettes de contrefaçon qui cachent un regard lubrique, comme si son grand nez disgracieux n'y suffisait pas. N'engagez pas la conversation avec ce fourbe transalpin, il ne cherchera qu'à vous dépouiller.

L'Espagnol. De prime abord, cette créature basanée est serviable et affable, mais méfiez-vous. L'Ibérique est susceptible.
Le considérer comme un simple succédané d'Italien est sans compter sur ses origines arabes. Car oui, tel un Maure, ce sapajou vous poignardera dans le dos à la première occasion.

Le Portugais. Moins retors que son cousin espagnol, il n'en est que plus fruste. Son allure et ses façons nous le rendraient presque sympathique s'il n'était qu'un animal. Malheureusement, il s'entête à singer l'homme civilisé. Vouloir servir quand on ne possède en tout et pour tout que quelques rudiments de maçonnerie nous offre les situations les plus cocasses et pour tout dire assez hilarantes.

Allogènes (principaux) :

Le boche (Allemand, Autrichien, Suisse alémanique, Hollandais, Danois, Suédois). Il est partout, il est nombreux. Il parle fort, rit fort, boit fort. Il est grand et gras, mange salement, éructe bruyamment. Il tutoie le personnel, exige de boire de la bière de son pays et en grande quantité où qu'il soit. Il ne se nourrit que de steak-frites, ne s'exprime que dans son vilain sabir de vandale. Il revêt des maillots de football de son équipe favorite (Bayern de Munich principalement). Dans la rue comme sur la plage, il piétine les enfants des autres, ne s'excuse jamais. En d'autres termes, le boche est un nazi.

Le Britannique ou rosbif (Anglais, Gallois, Ecossais, Irlandais) : Le rosbif est un boche d'outre-Manche en moins nazi. Il revêt des maillots de foot lui aussi, s'empiffre également de steak-frites et de bière mais, accessoirement, il perd volontiers sa peau une fois exposé au soleil. Il aime s'enivrer de bière et de musique de sauvage, il raffole plus que tout de bagarres à mort avec ses semblables. L' Anglais aime casser les bars, les vitrines, il aime à chanter et à vomir sur la voie publique.

Américain : Américain = rosbif + boche

Le Belge. Le Belge francophone (pour les Flamands, voir boches) est une espèce de sous-Français. A ceci près que sa bonhomie et sa naïveté auraient tendance à davantage nous évoquer le nègre. Pour un Français en goguette et faute de compatriote, la compagnie du Belge peut toutefois se révéler assez agréable… faute de mieux .

Bonnes vacances à tous !!!!

 Quelques images qui bougent du bouclage du 2 juin 2016
 Vidéos de bouclage : totodernoncourt
 Quelques photos du bouclage du 2 juin 2016
 Photos de bouclage : totodernoncourt