N°466 12 mars 2015
» Édito |
Fluide Glacial  Demain j
Couv. : Pochep | 84 pages | 4,90€
12 mars 2015
  Pochep
Trout Mask Replica
Fluide glacial d'avril où l'on cause poisson devant un défilé de flétans. La mode ? On s'en fish !
Dans sa jeunesse, mon père était promeneur de truites. "Eh ducon, c'est un boulot comme un autre !" qu'il me disait comme si je l'écoutais. "tu vois, abruti, on me demande aussi de promener des tortues mais c'est chiant. Ça se traîne une tortue, ça se traîîîîîne... Ça n'en finit pas de se traîner. Une truite, nan, ça glisse tout seul. Pour peu qu'on descende, c'est bonnard. C'est de toute façon uptown qu'on va les pêcher les morues... Les bourgeoises ne se sentent pas de la récupérer. Après une demi-journée de promenade, le poiscalle transpire bien comme il faut... Tout bénef !"
"Vazy, passes-moi le citron tiens, qu'il disait encore. Tout bénef je te dis..."
J'ai jamais rien compris à son histoire de truite-morue.
Bonne lecture.

Ah, important : ne passez pas à côté du concours spécial 1er avril ! Tout est en pages 18 et 19.
Avec ce mois-ci dedans→ Aranega, Lindingre, Witko, Bernstein, Ravard, James, Fioretto, Trapier, M. le Chien, Jake Raynal, Solé, Felder, Cizo, Pix, Dutreix, Casoar, Reuzé, Fayol, Bouilhac, Camille, Thiriet, Pluttark, Menu, Fabrice Erre, Fabcaro, Lefred-Thouron, Haudiquet, Libon, Zanello, Besseron, Mahler, Terreur Graphique, Mikles, Aurel, Houssin, Marchalot, Salch, Sourdrille, Vacaro, Loïs


Fluide Glacial Mensuel N°467
Fluide Glacial Mensuel N°465

l'Édito
Chers lecteurs,
par Yan Lindingre
comme tous les ans depuis dorénavant, Fluide Glacial lance son grand concours annuel de poisson de avril de l'année ! Selon le calendrier astral Fluide Glacial, le numéro du mois lunaire de ce mois lunaire-ci détermine de façon limpide et implacab' la branche terrestre (signe animal) correspondant cette saison, selon nos oracles (conseil des sages composé de Bruno Léandri lui-même en personne, de ses moustaches et de rien d'autre).... au signe de l'enclume. Par un bel après-midi de février, l'ancêtre à moustaches était passé au journal sapé de sa toge, sa nouvelle lubie vestimentaire, nu sous icelle bien entendu, et n'avait pas manqué de venir se frotter de manière insistante et pour tout dire incommodante contre mon dos fourbu, enfin bref... "J'ai un don", qu'il me fait tout en me massant les épaules et sans même cesser ses importunants mouvements de reins abjects. "Un don de frotteur" ? lui concédé-je irrité et pas que des omoplates (enfin plutôt des lombaires... il n'a pas de si grandes jambes, même avec ses foutus talons aiguilles).
Cessant promptement de s'affairer (on notera qu'il a au moins le don de saisir mes ires), il se reprend : "Non, je sors d'un stage de voyance en fait et vois-tu, le moniteur m'a révélé que je suis détenteur d'un don de sourcier et d'un don d'oracle. Ouais, en fait, j'en ai deux, des dons, dis donc."
Un don de sourcier ? Va donc nous chercher des canettes, tiens ?
Arrête, c'est sérieux en fait, merde ! Commence toi par arrêter... de dire en fait ! On commence à se chamailler, comme d'habitude. Et puis, comme d'habitude, il va chercher des canettes.
Comme d'habitude, on se réconcilie. Et plus tard, sur l'oreiller comme d'habitude, tout en se grillant une cigarette (qu'il est beau sans ses lunettes et quand il fume), il s'empare du cendrier, le pose entre nos deux corps poilus luisants de leur fougue refroidie, épuisés de stupre.
Il entame son rituel, de celui-là qu'il m'a parlé tout à l'heure. Ainsi s'arrache-t-il quelques poils de moustache d'un geste viril, ferme et irrévocable. Son oeil s'humidifie, son iris s'embrumit, une larme perle presque mais point n'advient. Bruno est corse après tout. Et sans ses atours féminins, relégués désormais négligemment au pied de la couche, il n'en est que plus homme.
Mais je m'égare.

Bruno a donc accumulé un joli petit tas de touffe de poils de grosse moustache au fond du cendrier qu'il embrase soudain à l'amadou, l'air emprunté. Il oriente ensuite la lumière de la lampe de chevet (vous ai-je seulement dit que nous étions alités ?) de manière à projeter les volutes de fumée sur le mur de ma chambre (sur mes posters de George Michael). C'est alors que pris de feints spasmes et écartant ses bras tel un possédé (mon Dieu, ses aisselles me font la promesse de mille légumes), Bruno s'écrie : "Incudem piscis ! " Incudem vobiscum ! réitère-t-il derechef, et ainsi de suite de plus en plus fort !
Les voisins tambourinent : "C'est pas fini les deux gros pédés" ?
Moi : On est pas pédés, on est corses ! Enfin lui !
Lui : C'est pas du corse, c'est du latin !
Eux : Du lard du cochon, kifkif. C'est quoi ces histoires de se pisser au cul ?
Lui : Incudem piscis !
Moi : Dis-m'en plus, étrange insulaire !
Lui : Incudem piscis... L'enclume poisson !
Eux (entre eux) : De mieux en mieux !!! Le petit
va lui faire le coup du Requin Marteau !
Lui : Le poisson est une enclume.
Moi : Tu m'en diras tant...
Lui : Les dieux ont choisi l'enclume comme poisson d'avril.
Eux : J'appelle la police.
Je passe sur notre garde à vue...

Et voilà pourquoi nous vous offrons ce mois-ci une jolie enclume d'avril et vous invitons à participer à notre grand jeu concours : Tu as entre 7 et 77 ans, tu souhaites gagner un abonnement d'un an à ton journal préféré ? Alors détache de son écrin la magnifique enclume d' avril concoctée par tonton Solé et réfère-toi au manuel d'utilisation de tonton Bernstein en page 18. Poste par courrier électronique les photos les plus délirantes et super décalées que nous publierons sur la page concours du site fluideglacial. com et gagne un an d'abonnement à Fuide Glacial + 4 hors série ! Et ça , c'est pas un poisson d'avril !
Chef